2 août 2013 : Projet de Loi de Programmation Militaire (LPM)

Le 2 août 2013, en Conseil des ministres, Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de la Défense, a présenté le projet de loi de programmation militaire (LPM) pour les années 2014-2019.   Ce projet de loi met en œuvre les orientations de la politique de défense française pour les six prochaines années, à la suite du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié le 29 avril 2013. La loi de programmation militaire fixe sur six ans les priorités opérationnelles et les choix majeurs en matière d’équipements et d’effectifs.  Elle traduit dans la durée l’engagement de la Nation en faveur de sa défense. Dans ce cadre, de nombreux objectifs ont été identifiés parmi lesquels : D'abord, une sanctuarisation du budget de la Défense : il a été décidé de le maintenir à son niveau actuel durant trois ans, soit 31,4 Milliards d’euros, avant qu’il n’augmente légèrement en deuxième période. Le Ministère se félicite qu’ « Avec ces ressources, la France restera l’un des rares pays dans le monde à pouvoir assumer simultanément les trois missions fondamentales que sont la protection du territoire et de la population, la dissuasion nucléaire, appuyé sur deux composantes distinctes et complémentaires, et l’intervention sur des théâtres extérieurs, tout en s’appuyant sur une industrie parmi les premières dans le monde ». Toutefois, derrière ces annonces, la réalité semble moins angélique puis que le maintien du budget global à son niveau actuel est conditionné par la récupération par l’Etat de  recettes exceptionnelles ( biens immobiliers, participation au capital de grandes entreprises) à hauteur de 5,9 milliards d’euros étalées sur 6 ans et ceci sans aucune garantie…Ensuite, des investissements dans neuf grands secteurs (sous-marins, hélicoptères, aéronautique de combat… et le renouvellement des équipements (MRTT, A400M, missiles de croisière…); Cependant, il semble qu’un étalement des livraisons est préconisé. Enfin un effort sur la préparation opérationnelle et surtout  une saignée des effectifs militaires et civils sans précédents. L’objectif fixé est d’atteindre 242 779 personnes d’ici 2019. Certes le Ministère prévoit que « viendront compléter des mesures d’accompagnement, dans un esprit de concertation, d’écoute et d’analyse. Ces mêmes principes s’appliqueront aux restructurations qui seront mises en œuvre sur le territoire et annoncées fin septembre » Toutefois,  le secteur de la défense a connu dès 2008 des restructurations considérables et des bouleversements substantiels, ce qui ne peut qu’entamer largement le moral des troupes déjà mis à rude épreuve. A noter que le renseignement, les grands équipements de l’avenir (programme Scorpion, standard F3R du Rafale…), la cyberdéfense et l’Europe de la défense seront également privilégiés. Lors de la conférence de presse qui s’est tenue à l’issue, Jean-Yves Le Drian a estimé que ce projet de loi était « résolument tourné vers la préparation de l’avenir » et qu’il le défendrait «  cet automne au Parlement, dans l’intérêt de notre défense et le respect de celles et ceux qui la servent ». Le texte doit être discuté fin octobre au Sénat puis à l’Assemblée nationale. A suivre donc….