Procès de septs activistes de l'ETA devant la Cour d'Assises spécialement composée de Paris du 2 au 26 avril 2013

Sept membres de l’ETA comparaissent actuellement devant la Cour d’assises spéciale de Paris. Trois d’entre eux sont accusés d’avoir assassiné Raul Centeno-Bayon, 24 ans et Fernando Trapero Blazquez, 23 ans, gardes civils espagnols, qui se trouvaient à Capbreton dans les Landes pour une mission de renseignement.   Les quatre autres membres, dont une accusée en fuite depuis la délivrance d'un mandat d'arrêt en date du 27 novembre 2007, sont poursuivis pour des faits connexes à cet assassinat, notamment pour recel et pour participation ou organisation d’une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme. Les familles de Raul Centeno-Bayon et de Fernando Trapero Blazquez se sont constituées partie civile. A leurs côtés, sont également partie civile, l’Etat espagnol, une femme séquestrée lors de la fuite des activistes et l'association des Familles du DC10 d’UTA, représentée par Maître Berger-Stenger. Dès l’ouverture des débats, la défense a demandé le renvoi de l’audience pour méconnaissance des droits de la défense car un supplément d’information concernant l’expertise balistique de l’arme du crime ne leur a été transmise que quelques jours avant l’ouverture des débats. La défense a ensuite tenté de faire déclarer irrecevable la constitution de partie civile de l'association des Familles du DC10 d'UTA, sans succès.