Victimes d’attentats : le combat pour la reconnaissance des préjudices aurait-il été vain ?